Les études européennes (3) confirment la gravité de cette résistance aux antibiotiques et la place, souvent dans le dernier tiers, que la France occupe dans les classements des nations de l’Union Européenne vis-à-vis des principaux germes en cause (pneumocoque, entérocoques)

La résistance aux antibiotiques

Dix pour cents des Escherichia coli et plus de 30% des Klebsiella pneumoniae sont résistants aux Céphalosporines de Troisième Génération (C3G). Concrètement, sur dix patients infectés par ces agents infectieux à leur domicile ou dans un lieu de soin, entre un et trois ne pourront êtres soignés en ville et devront, s’ils ne le sont pas déjà, être hospitalisés.

La lutte contre la résistance bactérienne ne peut plus se limiter uniquement à l’indispensable évolution des prescriptions des professionnels de santé. De fait, à la surconsommation tant en médecine humaine qu’animale, ou dans des usages non sanitaires comme dans l’élevage intensif, s’ajoutent des effets écologiques liés à la dispersion de résidus d’antibiotiques dans l’environnement.

La pollution des différents réservoirs de vie par les activités humaines (anti-infectieux, métaux lourds, intrants agricoles chimiques, etc.) favorise la sélection des résistances dans les milieux naturels agressés. Par ailleurs, l’antibiorésistance pourrait être favorisée par l’utilisation immodérée des désinfectants et biocides.

A la suite de ce rapport un plan national (4) a été annoncé en septembre 2015 qui visera à réduire la consommation des antibiotiques , mais aussi à développer la recherche de nouveaux produits anti infectieux pour éviter la catastrophe annoncé dans un rapport (5) commandé par le premier ministre anglais : David Cameron et rédigé par JimO’Niel (ancien banquier chez Goldmann Sachs et professeur honoraire d’économie à l’Université de Manchester ).

Ce rapport estime le nombre actuel des décès dans le monde liés à une résistance aux antibiotiques (médicaments) à 700 000 mais imagine que ce chiffre pourrait atteindre 10 millions en 2050 dont 90% en Asie et en Afrique et 390 000 en Europe.

Références

1 Colomb-Catinat M et al. Morbidité et mortalité des infections à bactéries multi-résistantes aux antibiotiques en France en 2012. Étude Burden BMR, rapport – Juin 2015. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2015. 21 p. Publication non disponible au format papier

2 Carlet J Le Coz P «Tous ensemble sauvons les antibiotiques». (Plusieurs passages de cet excellent rapport sont reproduits dans cet encadré) http://social-sante.gouv.fr/

3 European Centre for Disease Prevention and Control. Annual epidemiological report 2014. Antimicrobial resistance and healthcare-associated infections. Stockholm: ECDC; 2015. http://ecdc.europa.eu/en/publications/Publications/antimicrobial-resistance-surveillance-europe-2013.pdf

4 Remise du rapport du Docteur Jean Carlet. Intervention de Marisol Touraine le 23 septembre 2015. https://www.google.fr/webhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie=UTF-8#q=Remise+du+rapport+du+Docteur+Jean+Carlet.+Intervention+de+Marisol+Touraine+

5 Jim O’Neil Review on Antimicrobial Resistance. Antimicrobial Resistance: Tackling a Crisis for the Health and Wealth of Nations.December 2014.