Sujet de nombreuses études à tout âge de la vie, le sommeil est une période essentielle au bien-être et à la santé des personnes. Composé de plusieurs cycles et de phases, le sommeil s’avère essentiel pour reposer le corps et l’esprit : en effet, les personnes souffrant d’insomnie, c’est-à-dire de perturbations du sommeil, sont proportionnellement plus sujettes que les autres à subir des conséquences médicales telles qu’une hausse du diabète, voire un risque d’obésité et d’hypertension artérielle. Chez la femme, les maladies cardio-vasculaires touchent plus souvent les personnes souffrant d’insomnie. Si l’on ajoute à cela les risques en termes d’accidents du travail ou de la circulation induits par le manque de sommeil, force est de constater que la santé des individus dépend fortement de la qualité du sommeil.

Les insomnies touchent davantage les seniors

On sait aujourd’hui, grâce à de nombreuses études menées sur ce sujet particulier, que le sommeil est un domaine qui évolue en permanence dans la vie d’un individu, et que ses caractéristiques changent assez fortement, depuis la naissance jusqu’à la mort de chacun d’entre nous. Ainsi, la quantité d’heures nécessaires à un repos complet va en diminuant : tandis qu’un nouveau-né dort 16 à 18 heures par jour en moyenne, cette durée va décroissant pour atteindre environ sept à huit heures pour un adulte. Chez les personnes du troisième âge, ce n’est pas tant la durée du sommeil qui se trouve modifiée, mais plutôt sa composition et sa qualité (bien qu’il soit de coutume de rencontrer des personnes âgées qui n’ont besoin que de 5 à 6 heures de sommeil dans la nuit).

Ainsi, la répartition des heures de sommeil va évoluer chez les seniors par rapport au reste de la population : des siestes plus fréquentes en cours de journée, une heure de coucher qui arrive plus rapidement le soir, et un lever également plus tôt qu’un jeune adulte par exemple. Ce décalage dans les horaires de sommeil chez les seniors, s’il n’est pas une règle absolue, est pourtant assez répandu. De même, la profondeur du sommeil diminue de manière constante avec l’âge, et les personnes âgées souffrent d’un sommeil instable, et de périodes de sommeil profond quasiment inexistantes, sans qu’il soit forcément fait état d’un stress ou d’une anxiété particulière.

Ces règles communes établies, reste un problème majeur qui touche à l’heure actuelle 16 % des Français : l’insomnie. Comme nous l’avons précédemment établi, il n’est pas correct de parler systématiquement d’insomnie pour un senior, dans la mesure où la quantité et la qualité du sommeil sont propres à chaque tranche d’âge, et que par conséquent certains phénomènes liés au sommeil s’expliquent parfaitement par ce fait. Pour autant, et quel que soit l’âge de la personne, l’insomnie est un problème réel qui se concrétise par des difficultés à s’endormir, des réveils multiples à toute heure de la nuit, et une moindre qualité de sommeil. Ces symptômes se manifestent en cours de journée par une fatigue excessive, une irritabilité importante, et de troubles de la mémoire ou de la concentration. On comprend donc tout l’intérêt de trouver une solution à ces problèmes.

Les solutions communes pour lutter contre l’insomnie

Afin de lutter contre l’insomnie, les Français ont recours principalement à deux grandes catégories de traitement : l’aromathérapie et les compléments alimentaires, dont l’objectif est de réduire l’anxiété, procurer un sentiment de bien-être, dans le but de favoriser la venue du sommeil et surtout sa qualité tout au long de la nuit.

En termes de nutriments essentiels, on a tendance à considérer que l’un des plus efficaces est le L-tryptophane, précurseur de sérotonine, qui est l’un des neufs acides aminés essentiels à la bonne santé du corps humain. Conçu pour améliorer les symptômes de dépression et favoriser la venue du sommeil, il améliore aussi la qualité de ce dernier et permet ainsi une vie plus sereine.

Les huiles essentielles quant à elles, ne sont pas en reste pour soulager le stress et favoriser le sommeil. La plus utilisée d’entre elles est l’huile essentielle de lavande vraie, que l’on peut utiliser via un diffuseur d’huiles essentielles afin de purifier l’air de son domicile et se mettre dans les meilleures conditions possibles. Attention cependant, les huiles essentielles sont peu recommandées chez la femme enceinte et le jeune enfant, et un avis médical sera toujours intéressant avant d’en utiliser de manière « intensive ».

Références

– INSERM – institut national de la santé et de la recherche médicale

– INPES – institut national de prévention et d’éducation pour la santé

– Rapport sur le sommeil du Ministère de la Santé

– Association nationale de promotion des connaissances sur le sommeil (PROSOM)

Pin It on Pinterest

Share This